AccueilJusticeAffaires politiquesLe drôle de virement de 100.000 euros d'une société offshore à Éric...

Le drôle de virement de 100.000 euros d’une société offshore à Éric Dupond-Moretti en 2013

Ce sont des révélations explosives de Mediapart parues aujourd’hui. Le journal a eu accès à des éléments d’enquête de Marc-Emmanuel Gounot, juge d’instruction lyonnais. Et il en ressort qu’alors qu’il était avocat en 2013, l’actuel Garde des sceaux Éric Dupond-Moretti aurait indument touché le pactole de la part d’un homme d’affaires multi-condamné. Il s’agit de Jean-Pierre Nitkowski, à la tête d’Exelyum, une entreprise fictive basée aux Seychelles.

Celui-ci a été condamné en mars 2021 pour une vaste escroquerie à hauteur de 20 millions d’euros utilisant la technique de la « pyramide de Ponzi ». Et c’est dans le dossier d’instruction qu’apparait le mouvement bancaire qui incrimine Eric Dupond-Moretti. Nous parlons là d’un virement de 100.000 euros de la part de l’entreprise (ou plutôt la coquille vide) Exelyum qui apparait sur le compte d’Eric Dupond-Moretti le 23 janvier 2013.

Et Jean-Pierre Nitkoswski a connu un certain Immanuel de Agrella en cellule en 2012. Eric Dupond-Moretti a bien travaillé pour la défense de Agrella, par l’intermédiaire de sa femme avec qui il était en affaires, mais pas avec Nitkowski. Ce que confirme le cabinet du ministre:

« Éric Dupond-Moretti a défendu les intérêts de Monsieur Immanuel di Agrella, ce qui a fait l’objet d’une facturation et d’une perception d’honoraires. »

La cabinet du ministre de la Justice, Capital, 07/02/2022

Un bolide italien à 95.158 euros

À ce sujet, Agrella dit n’avoir vu Eric Dupond-Moretti que deux fois, en prison, le reste du temps ce sont ses collaborateurs qui ont traités ses 2 affaires. Toujours selon Mediapart, Agrella aurait donné des conseils en trading à Nitkowski en échange du fameux virement.

Et c’est bien le fond de l’affaire. Le fait qu’il n’ait jamais travaillé pour cette société seychelloise. Le journal en ligne révèle également que le ténor du barreau a dépensé, 5 jours plus tard, l’essentiel de cette rétribution pour acquérir une Maserati Grancabrio noire dans un garage de Monaco d’une valeur de 95.158 euros. La voiture a été payée en partie en espèces, et en partie en virement (pour 75.000 euros).

En octobre 2015, le magistrat instructeur demande à Eric Dupond-Moretti de pouvoir prendre connaissance des mails échangés entre l’épouse d’Agrella et lui-même, mais celui-ci s’y est refusé (Libération) car ils sont naturellement couverts par le secret professionnel. Il clame que l’achat de la voiture s’est faite dans la plus stricte légalité.

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 5 / 5. Nombre de vote(s): 2

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

+
%d blogueurs aiment cette page :