Le clandestin albanais confondu par son ADN dans la séquestration de nonagénaires ressort libre

  • Sujets dans cet article:
  • OQTF

Il avait laissé une lampe torche au domicile de ces victimes où figurait son ADN. Mais pour la justice, c’est circulez, il n’y a rien à voir.

Un couple d’octogénaires avait été agressés et leur maison saccagée à Taissy (Marne) un soir de novembre 2019 par 5 individus encagoulés. La police a finit par identifier un seul des 5 hommes sur la foi de l’ADN.

Il s’agit d’un clandestin albanais de 31 ans à qui la France a notifiée une obligation de quitter le territoire (OQTF). Il est passé devant le tribunal, accusé de vol aggravé. Et le 15 février 2022, il a été relaxé par le tribunal, « faute de preuves », selon sa défense.


Une heure trente de torture psychique

Le soir des faits, pendant une heure trente, les personnes âgées ont été « ligotés » et « cuisinés » par cinq agresseurs à l’accent des pays de l’Est qui étaient persuadés de trouver un coffre-fort dans leur maison. Mais de coffre-fort, il n’y avait pas. Les voleurs se sont donc contentés de voler un peu d’argent ainsi que des bijoux avant de laisser les propriétaires de la maison choqués et traumatisés à vie. Et le mari, lui décédera 3 mois après l’agression.

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 5 / 5. Nombre de vote(s): 6

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

  • STATISTIQUES DU SITE

    • 1 008 279 visites depuis le 21 avril 2020
%d blogueurs aiment cette page :