AccueilJusticeLaxismeLe clandestin albanais confondu par son ADN dans la séquestration de nonagénaires...

Le clandestin albanais confondu par son ADN dans la séquestration de nonagénaires ressort libre

Il avait laissé une lampe torche au domicile de ces victimes où figurait son ADN. Mais pour la justice, c’est circulez, il n’y a rien à voir.

Un couple d’octogénaires avait été agressés et leur maison saccagée à Taissy (Marne) un soir de novembre 2019 par 5 individus encagoulés. La police a finit par identifier un seul des 5 hommes sur la foi de l’ADN.

Il s’agit d’un clandestin albanais de 31 ans à qui la France a notifiée une obligation de quitter le territoire (OQTF). Il est passé devant le tribunal, accusé de vol aggravé. Et le 15 février 2022, il a été relaxé par le tribunal, « faute de preuves », selon sa défense.


Une heure trente de torture psychique

Le soir des faits, pendant une heure trente, les personnes âgées ont été « ligotés » et « cuisinés » par cinq agresseurs à l’accent des pays de l’Est qui étaient persuadés de trouver un coffre-fort dans leur maison. Mais de coffre-fort, il n’y avait pas. Les voleurs se sont donc contentés de voler un peu d’argent ainsi que des bijoux avant de laisser les propriétaires de la maison choqués et traumatisés à vie. Et le mari, lui décédera 3 mois après l’agression.

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 5 / 5. Nombre de vote(s): 6

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

+
%d blogueurs aiment cette page :