AccueilImmigrationPrésentation des "dindons de la farce" par Malika Sorel

Présentation des « dindons de la farce » par Malika Sorel

Malika Sorel vient de publier aux éditions Albin Michel Les Dindons de la farce sur le naufrage organisé de l’assimilation à la française par la classe politique, de gauche comme de droite.

Cette ancienne membre du Haut Conseil à l’intégration (nommée par Nicolas Sarkozy en 2009) explique que la France a sans doute pêché par orgueil en imaginant qu’elle pourrait intégrer des millions d’arrivants de nos anciennes colonies africaines, sans en mesurer les risques socio-économiques. Ainsi, au mot « assimilation » le politique préfère le terme « intégration », moins rattaché à la colonisation française. Ces populations venues du sud de la Méditerranée ont parfois un passif avec la France.


Les 3 fautes selon Malika Sorel

Il y a 3 fautes conjuguées que la France a commise en matière d’assimilation des populations immigrées:


Premièrement, la repentance à tous crins, marqué en son paroxysme par Emmanuel Macron s’attribuant un « crime contre l’humanité«  en Algérie surligné avec l’adjectif « impardonnable ». Les élites, en cultivant leur « mauvaise conscience » vis-à-vis des immigrés, en ont fait un signe de distinction, une marque presque aristocratique. Contre un peu d’argent à une association communautariste, on s’achète un blanc-seing.


Deuxièmement, la valorisation de la discrimination positive, et les « accommodements raisonnables ». Elle repose sur des demandes des différentes communautés que le politique se doit de choyer. Comme faire du boursier le héros de notre temps. Ou multiplier les statuts particuliers pour ceux qui sont issus de l’immigration. La discrimination positive c’est vider la mer avec une cuillère en argent.


Et troisièmement, le débat interdit sur les flux migratoires, qui nous apporte des personnes avec des références historiques et culturelles qui n’ont souvent rien à voir avec l’Europe. Le pacte de Marrakech signé par la France en 2018 présente les migrations comme porteuses de «prospérité, d’innovation et de développement durable». Mais qui – le texte ne le mentionne pas – pour leur immense majorité sont déjà pauvres dans leur pays d’origine. Et viennent avec leur propre religion, dans une nation où la religion catholique est reléguée à l’arrière-plan.

Les premières victimes de ce triple aveuglement contemporain sur l’assimilation sont les immigrés de la première génération qui ont déjà réussi à s’intégrer en s’y pliant de bonne grâce. Ce sont eux, les dindons de la farce. Et vous qu’en pensez-vous? Dites-nous en commentaire.

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 4.1 / 5. Nombre de vote(s): 11

Soyez la première/le premier à voter

Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

+
%d blogueurs aiment cette page :