AccueilIslamSéparatismePatrick Pelloux alerte dans un rapport sur la montée de l'islamisme à l’hôpital

Patrick Pelloux alerte dans un rapport sur la montée de l’islamisme à l’hôpital

Patrick Pelloux, l’urgentiste le plus célèbre de France depuis la canicule de 2003, a rédigé et remis au gouvernement ce jeudi 3 mars 2022, un rapport de 69 pages intitulé: « Rapport sur la prévention et la lutte contre la radicalisation des agents exerçant au sein des établissements de santé » (Gouvernement).
Cette demande émanait du Ministère de la Santé. Il s’agissait pour l’ex-chroniqueur de Charlie hebdo, d’établir un état des lieux sur le prosélytisme et la laïcité à l’hôpital et surtout de trouver des solutions pour empêcher la radicalisation islamique des soignants.
Cette islamisme à l’hôpital fait l’objet d’un même constat en médecine de ville.
Ainsi, il s’est basé sur l’audition de 70 professionnels de santé, car rappelons-le, les frères musulmans souhaitent conquérir le système de santé français, en tant que cible stratégique!


La prière trois fois par jour

Le rapport décrit l’exemple d’un médecin à Orléans qui faisait dire la prière trois fois par jour aux soignants de son équipe ou encore une aide soignante qui rapporte qu’un de ses collègues, musulman intégriste, faisait du prosélytisme auprès de ses collègues sur son lieu de travail!
La vraie question, c’est celle de l’islamisme politique qui s’est immiscé à l’hôpital de la même manière que dans le sport par exemple mais aussi au sein de la justice, de la police ou de l’administration.
On pouvait penser que le serment d’Hippocrate annihilerait cette question, mais il en est rien.

« JE NE PERMETTRAI PAS que des considérations d’âge, de maladie ou d’infirmité, de croyance, d’origine ethnique, de genre, de nationalité, d’affiliation politique, de race, d’orientation  sexuelle, de statut social ou tout autre facteur s’interposent entre mon devoir et mon patient. »


Des médecins qui mettent leur foi avant les patients

Dans les faits, un certains nombre de médecins sont sexistes, homophobes et antisémites. Certains refusent par exemple une transplantation d’organe, car c’est haram, c’est-à-dire, interdit par l’islam ou d’autres qui refusent de soigner des femmes ou mentent sur la date de la grossesse pour rendre l’avortement impossible.

Depuis le milieu des années 90, les questions du voile, de la religion et du prosélytisme, qui jadis étaient tabou, sont des devenus de vrais sujets. Auparavant, les jeunes étudiants en médecine s’engageaient pour SOS racisme ou Médecins sans frontières! Aujourd’hui, les étudiantes en médecine prônent le port du voile.


La loi du silence des autres soignants

De plus, l’arrivée en masse de médecins venus de l’étranger est un facteur aggravant. En effet, ils viennent de pays où l’islam est la première religion et le respect de la laïcité n’est pas d’une évidence absolue pour ces derniers. Malheureusement, le personnel médical se mure dans son silence sur les dérives sectaires de l’hôpital car les Agences régionales de Santé (ARS) font la sourde oreille et la justice ne se montre pas à la hauteur: faute de preuves, les signalements ne sont pas traités ou font l’objet d’un rappel à l’ordre. Et quand quelqu’un parle enfin, on le traite de raciste!


La solution, une charte de la laïcité pour tout le personnel de santé?

Patrick Pelloux propose de faire signer à toutes les personnes travaillant à l’hôpital une charte de la laïcité, quel que soit leur statut, leur grade, leur rôle. Les organisations syndicales le suivent. D’autres propositions comme mettre en place un suivi quantifié des signalements et cas observés en lien avec les ARS allant des atteintes à la laïcité au risque de radicalisation sont proposés.

Autre piste de réflexion, le budget de 13 millions d’€ annuel pour la rémunération des aumoniers à l’hôpital est peut-être aussi une voie de réflexion notamment sur leur mission et sur leur cadre. Il s’agit d’encadrer plus strictement ces aumôniers et qu’ils ne soient pas sous influence de pays étrangers, comme c’est trop souvent le cas. Voici les chiffres des aumôniers pour l’année en cours :

aumoniers

On le voit, la montée de l’islamisme affecte aussi notre système de santé. Parmi les chantiers du futur président (ou de la future présidente) de la république, il faudra plus que l’on confonde la blouse blanche avec la carte blanche aux islamistes.

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 4.4 / 5. Nombre de vote(s): 25

Soyez la première/le premier à voter

veroniquemarcq
veroniquemarcq
Spécialiste des questions de santé, de justice et de sujets sociétaux.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

+
%d blogueurs aiment cette page :