AccueilSociétéJusticeDans un village des Hautes-Pyrénées, un néo-rural réclame de faire taire le...

Dans un village des Hautes-Pyrénées, un néo-rural réclame de faire taire le coq de sa voisine

Dans le village d’Oursbelille (Hautes-Pyrénées) Alexandra possède dans son jardin un élevage de 12 poules et d’1 coq depuis 2019. Son voisin, un retraité de la police de 76 ans qui réside Clermont-Ferrand, vient 2 mois par an dans cette bourgade et est très remonté contre elle.

Ainsi, il y a 3 ans, ce néo-rural est venu, accompagné de deux témoins qui n’habitent pas la commune la mettre en demeure de faire taire le coq Pitikok, dont le chant l’exaspère, par tous les moyens nécessaires. Une lettre recommandée a suivi. Puis une tentative de conciliation qui n’a pas pu aboutir. Et le septuagénaire, a portée l’affaire en justice.

Selon l’avocat d’Alexandra, maitre Stéphane Jaffrain, avocat au barreau de Tarbes:

« Il n’y a pas d’anormalité dans le chant de ce coq, c’est simplement un bruit de la campagne qui embête ce néo-rural ».

Dans sa plainte pour « trouble anormal du voisinage », l’ancien policier fait valoir «une véritable souffrance pour ce sexagénaire qui souffre d’un cancer, de problèmes cardiaques et d’acouphènes» et réclame 6.000 euros de dommages et intérêts au titre du préjudice moral et 100 euros par jour pour non-exécution de décision de justice à compter d’une éventuelle condamnation. L’audience est fixée au 7 juin 2022. Soutien à Alexandra évidemment.

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 4.8 / 5. Nombre de vote(s): 5

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

1 COMMENTAIRE

  1. tout ce que réclame cet abruti comme dommages et intérêts ne fera rien à ses problèmes de santé avec lesquels il essaie d’obtenir compensation car ils n’ont rien à voir avec le chant de ce coq ! le coq est à sa place en campagne, les vaches qui meuglent aussi, les chiens qui les gardent aussi, , les animaux nocturnes bruyants aussi. Avant de s’installer dans une campagne « bruyante » le bonhomme aurait dû faire un petit séjour à toutes les saisons pour voir s’il pouvait supporter le bruit de la vie à la campagne = une seule solution : les boules Quiess (orthographe à vérifier).

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

+
%d blogueurs aiment cette page :