AccueilImmigrationCharlotte d'Ornellas sur le rapport du Sénat de la gestion kafkaïenne de...

Charlotte d’Ornellas sur le rapport du Sénat de la gestion kafkaïenne de l’immigration

Le rapport de 120 pages du Sénat «Services de l’État et immigration: retrouver sens et efficacité» publié mardi 10 mai 2022 devrait faire ouvrir les yeux des français sur la déliquescence de la gestion kafkaïenne de l’immigration par l’Etat français. Jugez plutôt :

Sous l’ère Gérald Darmanin, le nombre d’admissions légales sur le territoire brise des records: 271.675 titres de séjour ont été délivrés en 2021. Et les 4.000 agents en charge de ces dossiers dans les préfectures sont en grande détresse, voire en burn-out, devant l’immensité de la tâche, comme en témoigne ce fonctionnaire cité par le rapport:

«Certaines des personnes entendues allant même jusqu’à comparer leur quotidien à celui des Shadoks, notamment lorsqu’un étranger, éloigné du territoire national au terme d’une procédure lourde et longue de plusieurs semaines, y revient quelques jours à peine après son départ…»

Extrait du rapport sénatorial

Le grand remplacement aux rendez-vous

Dans les révélations de ce rapport, il y a le trafic de rendez-vous par des pirates informatiques vendus aux étrangers présents sur notre territoire jusqu’à 600 euros. L’idée est de réserver un maximum de créneaux grâce à des robots. Sachant que l’Administration a un devoir de proposer un rendez-vous assorti d’une aide juridictionnelle pour les demandeurs de titres de séjour, vous imaginez la pagaille. Et ce, malgré les efforts des services de l’Etat face aux « logiciels avancés de piratage » utilisés. Et le phénomène de piraterie est massif: ainsi, à la préfecture des Bouches-du-Rhône, on dénombre la moitié des étrangers qui se présentent aux rendez-vous qui ne correspondent pas à l’identité de la première demande. La moitié !


La justice tranche presque toujours en faveur du clandestin qui conteste

Côté expulsions, des associations d’aides aux étrangers et des avocats spécialisés se font beaucoup d’argent en exploitant les failles du Droit des étrangers auprès des tribunaux administratifs, qu’ils saturent (41,6% des affaires traitées en première instance et plus de la moitié des jugements en appel!). Et le taux de réussite de ces procédures est ahurissant: à Paris, par exemple, il atteint 90%!
Ainsi, un exemple parmi d’autres dont vous parlions il y a quelques mois: le moindre refus de test PCR peut entraver un éloignement du territoire. Et si le taux d’exécution des obligations de quitter le territoire (OQTF) est historiquement bas au premier semestre de l’année 2021: 5,7 %, c’est Haïti qui en possède le triste record: 0% d’expulsion acceptés. (Public Sénat, 11/05/2022)

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 5 / 5. Nombre de vote(s): 5

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

+
%d blogueurs aiment cette page :