AccueilSociétéÉcoleUne recalée en deuxième année de médecine piégée par un oral sur...

Une recalée en deuxième année de médecine piégée par un oral sur la conquête spatiale!

Depuis 2021 et la réforme des études de santé, si vous n'êtes pas admis directement en deuxième année de médecine, il faudra passer un oral devant un jury de 3 personnes. La note pourra représenter entre 20 à 70% de la note globale, l'université est libre de ce pourcentage. Résultat, un très bon élève à l'écrit pourra être recalé à cause de l'oral... 
De plus, le sujet est également soumis à l'appréciation du jury et pourra traiter des éoliennes comme de la mode vegan...
Voici le récit d'une jeune étudiante qui a mis sa vie entre parenthèse pendant 1 an pour étudier la médecine et qui se retrouve à devoir suivre des études de biologie qui ne l'intéresse guère...Ne serait-il pas plus juste que tous les élèves passent un oral?

Il y a 1 an, je suis entrée en première année de médecine. j’avais tout prévu : j’avais prévenu mes proches, ma faille, mes amis que ça serait compliqué. j’avais fait une pré rentrée en écourtant mes vacances, refusé chaque projet de l’année, je m’étais projetée à vivre l’année la plus éprouvante de ma vie. J’avais un stock de motivation que personne n’aurait pu me retirer. J’ai donc commencé les cours avec la rage d’avoir mon année. J’ai appris à travailler, parce que je n’avais jamais vraiment appris au lycée. J’ai tout essayé, fait toutes les méthodes d’apprentissages. Je pensais ne jamais réussir. J’ai passé mon premier concours blanc. Je suis arrivée 170eme à mon premier concours blanc. là, j’ai compris que c’était possible. J’étais peut être capable d’avoir mon année!!!

Alors je n’ai rien lâché. Je n’ai pas craqué pendant 4 mois, à ne pas sortir, rentrer de la fac à 23h, en gardant le sourire et en continuant d’être motivée. Même avec des angoisses qui me bouffaient j’ai continué. Et j’ai passé les premiers concours.
Les résultats sont tombés en février : j’avais tellement peur de devoir abandonner mon rêve que j’en ai fais des insomnies pendant des semaines. Mais je suis arrivée 230ème. Sur 1600. Avec un numerus de 300. je pouvais pas y croire. J’avais passé 4 longs mois à oublier chaque plaisir d’une fille de 18 ans et ça avait payé.
les notes que j’ai eues :

  • Biophy: 11,9
  • chimie: 15,7
  • anat : 16,9
  • ssh: 15,6
  • pharmaco : 14,4
  • biocell : 16,4
  • moyenne générale : 15,04

Bref vous avez compris, j’avais plutôt bien réussi. alors j’ai entamé le second semestre de la même manière, j’ai repris mes habitudes, à ne pas sortir, ne voir personne, arrêter les réseaux sociaux, bref oublier ma vie normale et ne faire que charbonner, charbonner, charbonner.


Le fatidique second semestre en deuxième année de médecine

Le second semestre était encore + éprouvant car + long, avec le printemps qui arrive etc bref niveau moral c’était compliqué. En plus de ça j’avais un petit syndrome de l’imposteur, j’avais l’impression de ne pas mériter mes résultats du S1 et j’angoissais d’être classée dans les 1000 au S2.
Je vous passe les détails de ce semestre, mais je finis par passer les concours. Et là, les classements tombent : j’arrive 255e.
C’était inespéré. encore une fois, tout ce que j’avais donné avait fini par payer. j’avais tout abandonner pour ces études et pas pour rien.
J’étais incroyablement fière. Ma moyenne était de 15,6. Mais avec la réforme, avec un numerus à 300, seuls les 150 premiers passent en « grands admis ». Les 150 suivants (sont je faisais partie), et 150 supplémentaires doivent passer un oral. L’oral est en 4 parties:

  1. exposé de notre choix
  2. scénette avec un acteur durant laquelle on montre qu’on a du sang froid, de l’empathie etc.
  3. sujet de controverse
  4. corpus de documents

Donc ma labeur n’était pas finie. J’ai continué à travailler mon oral. j’ai préparé comme je le pouvais, ma culture générale, mon aisance à l’oral etc. n’oublier pas que je sortais de 10 mois d’une bulle médiatique, donc tout à revoir.
J’ai préparé mon exposé à la lettre près, j’étais tout près du but. j’ai passé l’oral. je vais pas faire de suspense. Voici mes notes :

  1. 94/100
  2. 89/100
  3. 44/100
  4. 40/100

Avant de passer l’oral, on nous avait dit qu’on était évalués sur notre aisance, sur notre attitude et notre capacité à communiquer. Mes sujets de la partie 3 et 4 étaient les suivants : la conquête spatiale et l’écologie, et le chômage partiel.
Pendant la troisième partie, j’ai fais comme j’ai pu, avec un sujet que je n’aimais absolument pas. Le jury m’a posé des questions auxquelles je ne savais pas répondre, tout simplement parce que la conquête spatiale n’était pas mon domaine.

Ca a duré 10 longues minutes, pendant lesquelles ce jury m’a minablement humiliée, en m’achevant pas « dites moi la date de la mission spoutnik ». Je ne savais évidement pas répondre. Je me suis tue et me suis excusée de ne pas connaître la réponse et j’ai dis que j’aurais aimé la savoir. Ca n’a pas suffit apparemment.
Bref, je sors de cette partie presque en larme et me rend dans la salle pour la dernière partie. On parle de chômage partiel. J’ai essayé d’avoir un discours évidemment neutre, car la politique n’est encore une fois pas ma spécialité. Et je me débrouille comme je peux en ayant une discussion très intéressante avec mon jury.


La douche froide

Je sors de là, et les classements tombent : je suis à 10 places du numerus. Pourquoi je m’affiche comme ça sur twitter ? Parce que j’ai besoin de comprendre, car même 2 mois après les résultats je ne m’en remets pas, en ayant réussi toutes mes épreuves de l’écrit, en ayant appris plus de 13 kg de cours, en sortant 250ème, je suis recalée sur la conquête spatiale, le chômage partiel ? Des sujets que je ne suis pas SENSÉE MAÎTRISER EN MEDECINE. POURQUOI EN AYANT 20 EN ANATOMIE AU S2, 19 EN EMBRYO ET D’AUTRES NOTES TRÈS HAUTES JE SUIS RECALÉE ??????

Pourquoi on me demande d’apprendre autant de notions médicales, pour me refuser l’entrée en médecine sur ce genre de sujets ? J’aurais été mal classée, soit. Ok. Mais la, des gens classes 450e a l’écrit seront tombés sur un sujet plus parlant et me passent devant ? Bref vous l’aurez compris, même 2 mois après l’annonce des résultats je ne peux pas croire que je loupe à 10 places mon entrée en med2.

Personne ne peut rien faire, à part s’indigner des discours sans fin « on manque de médecins » et d’agir de la sorte. Je ne dis pas tout ça pour qu’on me plaigne, mais qu’on ouvre les yeux sur cette réforme encore plus destructrice que la précédente.


Quand on est en médecine, on apprend de la médecine

Quand on est en aérospatial, on apprend l’aérospatial. mais je refuse qu’en médecine, en apprenant de la médecine, on m’interroge sur la putain de conquête spatiale. Je me retrouve donc actuellement en LAS2, autrement dit une licence de biologie que je n’ai pas choisie, pour espérer passer un autre concours et rentrer en med2.

Je hais ce que je fais, j’ai l’impression de m’éloigner de mon rêve et de ma passion.

Je hais les journées que je suis en train de passer et j’ai encore un goût amer dans la bouche à repenser à ces 60 places que j’ai perdues a cause de spoutnik.

D’autant plus que d’autres on eu des sujets plus « appropriés » comme la malbouffe et autre. Un concours aussi important ne devrait pas être évalué différemment pour les candidats. Mêmes sujets, même jurys, mêmes chances.
OUI, je savais dans quoi je m’engageais. je mets juste la lumière sur l’absurdité de la situation, et à quel point on parle + de hasard que de travail maintenant. J’avais mes chances.

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 4.5 / 5. Nombre de vote(s): 17

Soyez la première/le premier à voter

veroniquemarcq
veroniquemarcq
Spécialiste des questions de santé, de justice et de sujets sociétaux.
Autres articles de cette catégorie:

1 COMMENTAIRE

  1. On entre petit à petit dans une société horrible. Une vrais dictature qui nous impose une vie déterminé par des idéologue, une vie que nous ne voulons pas.

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

%d blogueurs aiment cette page :