AccueilRacismeRacisme anti-blancVictime de racisme anti-blanc et d'homophobie, 1 adjoint socialiste aux Mureaux quitte...

Victime de racisme anti-blanc et d’homophobie, 1 adjoint socialiste aux Mureaux quitte la ville

Boris Venon a été élu en 2020 sur les listes du maire socialiste François Garay deuxième adjoint des Mureaux (Yvelines). Il y était notamment en charge de la rénovation urbaine. En avril 2022, Boris Venon démissionnait de son poste de premier secrétaire fédéral du Parti socialiste dans les Yvelines pour ne pas cautionner l’accord entre ce vieux parti et la France Insoumise.

Ce mercredi, l’homme de 38 ans a annoncé à l’issue du Conseil municipal de la ville qu’il quittait la politique, et qu’il quittait également la ville, qu’il a habité 14 ans, dont 12 « sans problèmes ». Il se félicite néanmoins d’avoir fait faire des avancées à la villes, comme «l’obtention du label ville internet, à la mise en place du permis de louer ou encore à la définition du programme Action Cœur de Ville.»


Homophobie et racisme anti-blanc

En cause selon lui ? Une ville qui a « changée » récemment. Les 2 dernières années ont été synonymes de violences vécues avec sa famille au contact des habitants de la ville. Et de les détailler: 11 agressions, des propos homophobes et d’autres relevant du racisme anti-blanc (voir ci-dessous), ainsi que des menaces physiques allant jusqu’à la menace de mort.

« Le blanc quitte ma ville, on est chez nous ici. »

Propos d’un habitant des Mureaux dévoilés par l’élu socialiste Boris Venon, 28/09/2022
Un petit éclairage concernant le racisme anti-blanc, pour Pierre-André Taguieff: «Il reste l'impensé des travaux sur le racisme menés en Europe, en particulier en France, en raison notamment de cet ethnocentrisme de la couleur qui fait que, dans une population à dominante "blanche" (c'est-à-dire qui se reconnaît comme telle), la "blanchité" va de soi pour le groupe majoritaire et joue en conséquence le rôle d'une référence structurante implicite. Elle échappe alors au regard critique, elle se soustrait à la problématisation.» (Télérama)

Et l’élu démissionnaire de conclure de façon très nette :

« Oui, les citoyens d’origine européenne peuvent faire l’objet de racisme. Et c’est un homme dont tout le parcours politique s’inscrit à gauche qui vous le dit. »

Propos de l’élu socialiste Boris Venon, 28/09/2022

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 5 / 5. Nombre de vote(s): 1

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

%d blogueurs aiment cette page :