23 morts dans le « couloir des urgences » depuis le 1er décembre 2022!

En ce mois de décembre 2022, à cause de ce trio épidémique: Covid-19, grippe et bronchiolite, les urgences des hôpitaux ont été saturés. Les patients attendaient jusqu’à 10 heures avant d’être pris en charge… on compte déjà 23 morts dans « le couloir des « urgences » selon Marc Noizet, Président du Syndicat Samu-Urgences de France (sur 13 départements comptabilisés). Ce chiffre serait proche de 150 si on extrapolait pour toute la France métropolitaine.


Après 6 heures d’attente sans prise en charge, les patients décèdent

« Majoritairement, il s’agit de patients âgés qui arrivent aux urgences sans signe de gravité mais qui meurent après avoir attendu 6, 7 ou 8 heures »

Marc Noizet, Président du Syndicat Samu-Urgences de France – décembre 2022

A l’hôpital de Troyes, des personnes en fin de vie sont mortes sur un brancard, ce n’est pas digne de la 7ème puissance mondiale!

« Ce sont des personnes en fin de vie qui sont arrivées à bout de souffle à l’hôpital et pour lesquelles il était trop tard »

Dr Hugerot, chef du pôle urgences – décembre 2022

Et une infirmière de service de préciser :

Nous essayons de trouver des lits pour que ces personnes en fin de vie partent dignement avec leur famille mais il n’y en a pas toujours.Donc oui, parfois, c’est quand on passe devant le box qu’on s’aperçoit que la personne est décédée. Ce n’est plus supportable, c’est inhumain. »


Quand les patients arrivent aux urgences, on leur répond que c’est fermé

C’est le cas de cette sexagénaire, habitante de Fondettes, en Indre-et-Loire. Cette dame ayant des difficultés soudaines à respirer, son mari l’amène aux urgences de la Clinique de l’Alliance à Saint-Cyr-sur-Loire. C’est une fin de non-recevoir, d’aprsès le personnel hospitalier, soit ils doivent appeler le 15 soit aller au CHRU de Tours. Lorsque les pompiers arrivent, cette dame était décédée… C’était le soir de Noël.


Il faut soigner l’hôpital

Pour le professeur Bruno Megarbane, chef du service réanimation à l’hôpital Lariboisière, « L’hôpital est atteint d’un problème structurel de fonctionnement » (Sud Radio, 28 décembre 2022, voir ci-dessous). Le personnel est démotivée et l’année prochaine de nombreux personnels de santé souhaitent démissionner. Rien qu’en 2021, la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) recensait 2 démissions par établissements en 1 an, dont 1.245 infirmiers démissionnaires.

« Nous travaillons en situation de crise quasiment en continu depuis 4 ou 5 ans. Et lorsqu’une pression plus importante arrive, nous devons, en raison du manque de personnel, du manque de lits, prendre en charge les patients d’une façon moins optimale. La nuit dernière encore, j’avais 4 patients qui relevaient de l’admission dans des lits de soins critiques, et j’ai été obligé de les gérer, soit sur des brancards des urgences, soit sur des lits de service de médecine qui ne sont pas adaptés à leur situation« 

Bruno Megarbane – 28 décembre 2022 – Sud Radio

Le « plan blanc » est déclenché dans plusieurs départements, Savoie, Ain, les Pays de la Loire, ce qui signifie que les chirurgies programmées sont déprogrammés avec tout ce que cela comporte comme complications et risques pour le patient.


De quoi l’hôpital est-il malade?

L’hôpital français souffre depuis des décennies et son état de santé va de mal en pis.
Pour des questions de productivité et de rentabilité, l’hôpital est payé par la Sécurité Sociale avec le système de la T2A (tarification à l’activité), c’est ainsi la course à l’acte et l’installation d’une concurrence entre le secteur public et le secteur privé.
Pour ces mêmes raisons, l’Etat ferme les lits (64 000 lits ont été supprimés pour les hospitalisations à temps plein entre 2003 et 2016 (soit 13 % de la capacité d’hospitalisation à temps plein).

L’hôpital soigne à 80% des pathologies chroniques, n’est-ce pas un échec flagrant des campagnes de prévention, qui sont toutes plus inefficaces les unes que les autres?

Les déserts médicaux accélèrent l’effondrement du système hospitalier. Les patients ne savent plus à quel Saint se vouer et les médecins de ville comme de l’hôpital quittent le navire… Besoin de moyens? La France est le 2ème pays (9,1% du PIB) après le Danemark à dépenser le plus dans son système de santé!
L’argent est là, il faut mieux le gérer, c’est tout!

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 3.5 / 5. Nombre de vote(s): 4

Soyez la première/le premier à voter

veroniquemarcq
veroniquemarcq
Spécialiste des questions de santé, de justice et de sujets sociétaux.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

  • STATISTIQUES DU SITE

    • 1 002 890 visites depuis le 21 avril 2020
%d blogueurs aiment cette page :