Gestion du Covid: le Centre de Crise Ministériel s’est activé avec 50 jours de retard selon l’IGAS

On a fini par avoir un regard sur le rapport de 205 pages sur la Gestion du Covid de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS). Il était jusqu’à présent confidentiel car « préparatoire à une décision administrative ».

Il a pu enfin être communiqué aux journalistes du Parisien après 2 ans de demandes officielles, qui l’ont publié sous le titre éloquent: Covid-19 : le rapport secret qui étrille la gestion de crise du ministère de la Santé. Ce rapport a été remis à la Cour de Justice de la République dans la procédure qui implique plusieurs ministres, qu’ils soient d’ores et déjà mis en examen (comme Agnès Buzyn) ou placé sous le statut de témoin assisté.

Cet audit, commandé par Olivier Véran à l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales), avait monopolisé 4 agents qui ont recueilli le témoignage de plus de 375 personnes (Cabinets ministériels, Directeurs d’ARS, Elus…, Hôpitaux…) sur l’ensemble de la France. Il s’est étalé de juillet à octobre 2020 pour une remise au gouvernement en novembre 2020.


Les conclusions du rapport sont désespérantes : impréparation, désorganisation, circuits de décision peu lisibles

Voici les principaux reproches adressés à l’exécutif au long de ce rapport :

1 – Un temps de réaction trop long pour activer le Centre de Crise Ministériel
Revenons sur la chronologie pour plus de clarté sur cette lenteur, et ces mensonges déjà pointés par la Commission d’enquête du Sénat:

  • 27 janvier 2020 – Passage au niveau 3 de l’épidémie, Activation du CORRUS (Centre opérationnel de régulation et de réponses aux urgences sanitaires et sociales) Effectif : 11 agents rattachés à la sous Direction Veille et sécuritaire sanitaire (35 agents).
  • Mi-février : C’est l’explosion de la pandémie
  • 10 mars 2020 : du personnel volontaire (environ 40 personnes), de différentes administrations, sans formation spécifique, viennent en soutien du CORRUS.
  • 17 mars 2020 : Edouard Philippe, Premier Ministre de l’époque, active enfin le Centre de Crise Ministériel alors qu’il aurait du l’être depuis le 1er jour du niveau 3, soit le 27 janvier 2020. Il l’active avec 50 jours de retard! avec, pour couronner le tout, des personnes non formées à la gestion de crise!

2 – Un Directeur Général de la Santé qui cumule 3 fonctions
Jérome Salomon, 53 ans, cumule 3 fonctions : Direction scientifique, stratégique et opérationnelle.
Comment gérer 3 fonctions en même temps, me direz-vous. Et bien, c’est tout simplement impossible! D’ailleurs, son/ses poste(s) va être bientôt à pourvoir. Et ça fait beaucoup pour un seul homme, surtout quand on sait qu’il s’autorise même à prendre des vacances au milieu de la crise covid.


3 – 25 organigrammes en 4 mois !
A 25 reprises, l’organigramme de la cellule de crise Covid a été retouchée. Si l’on prend en considération le livre Les Inflitrés dans lequel il est montré comment (et pour combien de millions) les consultants privés sans expérience médicale aucune ont été intégrés au premier cercle de décision, c’est bien la preuve d’un imbroglio le plus total!


4 – Les masques
Là encore ce sera, une bataille ininterrompue entre Santé Publique France, largement sous dimensionnée pour traiter les commandes, le stockage, les transports des masques avec son carcan administratif…et une nouvelle cellule, crée de toutes pièces : le Centre Logistique Interministériel (50 personnes). Sachant que la responsabilité repose sur Santé Publique France, dont la Directrice Geneviève Chène, a quitté ses fonctions depuis le mois d’octobre et, toujours aucun remplaçant…

Le 26 janvier 2020, Agnès Buzyn, encore ministre des solidarités et de la Santé, nous l’assure lors d’une conférence de presse, « Il ne faut pas acheter des masques en pharmacie, c’est totalement inutile » et d’ajouter « Nous avons des dizaines de millions de masques en stock en cas d’épidémie »

>Lire notre article sur le fiasco des masques


5 – le maintien des élections municipales


6 – L’oubli des Ehpad

22 000 morts liés au Covid dans les Ephad. Il n’étaient même pas comptabilisés parmi les morts pendant le Covid. Il a fallu attendre le 2 avril 2020…


Nos articles essentiels sur le scandale des masques

  1. Quand la gestion des masques vire au carnaval (Article du 9 mai 2020)
  2. Pénurie de masques: le Gouvernement savait depuis 2018 (Article du 24 avril 2020)
  3. Le pouvoir accuse à tort la communauté scientifique sur «l’inutilité» du masque (Article du 13 mai 2020)

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 5 / 5. Nombre de vote(s): 3

Soyez la première/le premier à voter

veroniquemarcq
veroniquemarcq
Spécialiste des questions de santé, de justice et de sujets sociétaux.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

  • STATISTIQUES DU SITE

    • 1 002 890 visites depuis le 21 avril 2020
%d blogueurs aiment cette page :