L’appel à l’aide des bouchers de Gironde à l’État

Un collectif d’artisans bouchers de Gironde regroupé sous la banderole « Sauvons nos bouchers », a manifesté ce lundi 16 janvier 2023 à 11 heures devant la mairie de Bordeaux pour tenter d’obtenir de le Gouvernement des réponses concrètes vis-à-vis des graves difficultés qu’affronte le secteur avec la hausse des prix de l’énergie et des matières premières.

Malgré les températures fraîches, certains se sont partiellement dévêtus devant les caméras présentes autour du slogan: « L’Etat met vos bouchers à poil« .

Même s’il y a moins de cuisson dans leurs préparations, le prix a tout de même augmenté d’un facteur 3. L’urgence de la situation des bouchers-charcutiers renvoie désormais à l’appel au secours des boulangers à l’Etat, pour qui le montant des contrats d’électricité devenaient des coûts délirants.


Une nette baisse de la consommation sur un an

D’après certains artisans dans la manifestation, le panier moyen des consommateurs fidèles fréquentant leur petit commerce passant de 40 à 25 euros, ne permet de plus d’honorer les factures des fournisseurs, qui eux, connaissent une hausse spectaculaire. C’est le cas, particulièrement, du prix de la viande de porc qui a doublé sur un an, ou encore du kilo de bœuf, qui a augmenté de pas moins de 4 euros. Dans le secteur, ils sont 90% à avoir travaillé à perte l’année dernière.


« Demander l’aumône »

Les seules solutions de secours de ces commerces: ne pas se verser de salaire depuis la rentrée 2022, fermer un jour par semaine, se séparer d’apprentis, ou carrément licencier du personnel. Selon Nathalie Coulon, coprésidente de la fédération des artisans bouchers charcutiers de la Gironde, près de la moitié des bouchers de Gironde pourraient baisser définitivement le rideau d’ici l’été, voire le printemps. Un professionnel témoigne:

« Sur 300 bouchers, il y en a à peu près 150 qui vont fermer. J’ai arrêté ma mutuelle, je ne me paie pas depuis septembre et je vais être obligée de me trouver un autre travail parce que je n’ai pas les moyens de payer mes factures (…) C’est beaucoup de bouchers aujourd’hui qui n’ont pas pris de salaire depuis cinq ou six mois »,

Le 29 novembre, les 99 syndicats départementaux des métiers de la boucherie charcuterie s’étaient réunis devant l’Assemblée nationale. Sans résultat. Désormais cette profession attend des aides de la part du Gouvernement. « On en est là : à demander l’aumône pour nous aider« , résume, l’air abattu, Nathalie Coulon.

Source Journal télévisé de TF1, France Nouvelle Aquitaine

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 5 / 5. Nombre de vote(s): 1

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

  • STATISTIQUES DU SITE

    • 1 007 899 visites depuis le 21 avril 2020
%d blogueurs aiment cette page :