Scandaleux: le magistrat Charles Prats placardisé par le CSM pour 2 tweets sur l’ultra-gauche

Scandaleux! Lundi 16 janvier 2023, Charles Prats, le héros de la lutte contre la fraude sociale, et juge des libertés et de la détention au Tribunal Judiciaire de Paris, a été mis au placard par le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM). Conséquence de cette décision stupéfiante: il est sanctionné d’un changement de juridiction.


Une enquête de 15 mois

C’est le fruit de l’enquête menée contre lui via l’Inspection générale de la justice (IGJ) par le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti en octobre 2021, dénoncée à l’époque par Jean-Christophe Lagarde dans une tribune dans Le Figaro intitulée «pressions sur le juge Prats». Dans la même famille, le député UDI Pascal Brindeau avait mené la charge contre Eric Dupond-Moretti dans l’Hémicycle: « Votre gouvernement ne supporte pas les vérités assenées par Charles Prats sur la réalité et l’ampleur de la fraude sociale dans notre pays.

Ce membre de l’UDI et soutien de Valérie Pécresse pendant l’élection présidentielle avait publié deux tweets qu’il a publié contre les blacks blocks et certains écologistes. Ce sont donc simplement deux tweets qui ont coûté son attribution au terme d’une procédure où ses témoins de moralité (NB: y compris de gauche) l’ont tous mis hors de cause sur l’enquête complète faite sur lui!


Des tweets qui relève de la simple liberté de penser

Charles Prats n’a fait que demander à arrêter de faire la publicité des gilets jaunes En mars 2019, en précisant sa pensée: 

«Osez nommer la peste noire qui sévit dans nos rues tous les samedis : extrême gauche, antifas, blackblocks. Et nos services les connaissent, il serait grand temps de les stopper, policièrement et judiciairement».

Le 27 octobre 2020, il s’énervait contre «le totalitarisme climatique (qui) vous poursuivra jusque dans la mort», avec le hashtag «Khmers Verts». c’est ce hashtag (ou mot-clés) qui est retenu contre lui.


Changement de juridiction

Le CSM estime que le magistrat Charles Prats, a fait preuve de manque de «nuance, [d’un] manquement à ses obligations de réserve, de prudence et de délicatesse» et parle de mise en difficulté de l’Institution :

«Les comportements [de Charles Prats] ont fait obstacle au bon fonctionnement du service des juges des libertés et de la détention et ont été source de stress et d’inquiétude pour le personnel de greffe (…) Ils ont également mis ses collègues magistrats et certains partenaires institutionnels en difficulté et rendent impossible son maintien dans la juridiction alors même qu’il n’a pas fait montre d’une quelconque remise en cause personnelle sur ses agissements.»


Le soutien dans le monde de la Justice

Plusieurs hommes de justice ont manifesté dans les médias leur soutien à Charles Prats et s’étonnent du deux poids deux mesures de cette décision. Comme l’a tweeté l’avocat pénaliste Yves Levano, c’est regrettable:

À noter que huit magistrats ont subi une telle enquête en 2020, cinq en 2019, selon Libération.


La réaction de Charles Prats sur Sud radio ce matin

Source : Sud radio, 20/01/2023
Sur ce sujet : Georges Fenech sur la marxisation de la Juctice.

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 5 / 5. Nombre de vote(s): 3

Soyez la première/le premier à voter

veroniquemarcq
veroniquemarcq
Spécialiste des questions de santé, de justice et de sujets sociétaux.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

  • STATISTIQUES DU SITE

    • 1 007 868 visites depuis le 21 avril 2020
%d blogueurs aiment cette page :