JO de Paris 2024: quand les clandestins finissent les chantiers « au sprint »

  • Sujets dans cet article:
  • Paris

Les témoignages des ouvriers africains sans-papiers qui travaillent à la solde de patrons voyous sur les chantiers des diverses installations des futurs JO de Paris 2024 lèvent le voile sur un système de chantage où les ouvriers sont corvéables à merci pour pouvoir finir dans les temps.
Et du côté du Gouvernement d’Emmanuel Macron, on « accompagne » toute cette misère en promettant des régularisations aujourd’hui au nom de la sécurité au travail, et demain, avec le projet de Loi immigration, au nom des métiers en tension. Pour ce qui est des valeurs de la France, certains n’ont pas de leçons à donner aux organisateurs de la Coupe du Monde au Qatar.

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 4.6 / 5. Nombre de vote(s): 9

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

  • STATISTIQUES DU SITE

    • 1 007 868 visites depuis le 21 avril 2020
%d blogueurs aiment cette page :