(Extrait) Il y aura bien un impôt, mais pas celui qu’attendent les Français

Article de Jacques Garello,  Professeur émérite d’économie à l’Université Aix-Marseille III. Je comprends que beaucoup de contribuables soient rassurés. En particulier ceux qui paient un impôt sur le revenu très progressif (10 % de «riches» paient 70 % du produit de cet impôt); ceux qui paient l’IFI (ils ont le malheur de posséder une fortune immobilière d’une valeur actuelle supérieure à 1,3 million), ceux qui sont actionnaires d’une entreprise (petite, moyenne ou grande) et sont frappés par les impôts sur les profits.

À juste titre, ils craignaient que la campagne anti-riches inspire un retour à l’ISF, une augmentation des taux sur les tranches supérieures de revenus, une spoliation complète des profits. Cela ne s’est pas produit – pour l’instant – et ce faisant, le Président est plus que jamais accusé de faire des cadeaux aux riches. Lire la suite sur Contrepoints.

Non à l’impôt européen!

Suite au plan de relance de 750 milliards d’euros (dont 100 milliards supporté par la France) dévoilé par la Commission européenne dirigée par Ursula Van der Leyen, deux questions se posaient spontanément:
1) comment va-t-on garantir ce risque (qui est pris sur les marchés financiers) et
2) comment rembourser cette somme astronomique pour nos enfants et petits-enfants? Et, alors qu’il n’a jamais été aussi souvent prononcé le mot souveraineté que dans cette période de Covid19, après la monnaie commune, il s’agirait d’un pas de géant vers un fédéralisme européen particulièrement néfaste.

Lire la suite