(Extrait) Eric Ciotti: « Nous sommes face à un Watergate français »

« La question de la suppression du Parquet National Finanicer se pose »
(Et-ric Ciotti, Le Point, 25/06/2020)

Éric Ciotti, le député (LR) des Alpes-Maritimes, questeur de l’Assemblée nationale et actuel rapporteur de la commission d’enquête parlementaire sur la pandémie du Covid-19, réagit aux révélations à la une du Point cette semaine sur la nouvelle affaire des écoutes. Le Parquet national financier a mené secrètement des investigations à la recherche d’une taupe sarkozyste au sein de l’appareil judiciaire français. Des avocats ont été espionnés et des téléphones géolocalisés. Cette enquête, en sommeil pendant deux ans et demi, de fin 2016 à mars 2019, a finalement débouché sur un classement sans suite en décembre de la même année.

Le Point : Comment réagissez-vous aux révélations du Point sur les investigations parallèles de la justice visant Nicolas Sarkozy ?

Éric Ciotti : De telles révélations sont à la fois scandaleuses et extrêmement inquiétantes. Des dizaines d’avocats, parmi les plus éminents de notre pays, et leurs clients ont été surveillés par le Parquet national financier dans une procédure qui s’assimile à un acharnement à l’encontre de Nicolas Sarkozy. Qui peut imaginer de telles pratiques en France ? On s’attend plutôt à les retrouver dans des régimes autoritaires, pas dans la patrie de Montesquieu. De tels moyens déployés dans une affaire éminemment politique démontre que Nicolas Sarkozy n’est pas un justiciable comme les autres. On lui applique un traitement de défaveur manifeste en utilisant des moyens disproportionnés, ses avocats ont été espionnés et des éléments à décharge volontairement tus. Pour certains, il semble que tous les coups sont permis pour atteindre une cible politique. On est très loin d’un traitement et d’une justice équitables. Nous sommes face à un Watergate français. (Lire la suite sur Le Point)

Dupond-Moretti: ulcéré d’avoir été espionné dans l’affaire des écoutes téléphoniques contre Sarkozy

Le point révélait hier une bombe dans les affaires des « écoutes téléphoniques » de Nicolas Sarkozy : les magistrats du Parquet National Financier (PNF) auraient mis sur écoute non seulement Nicolas Sarkozy et son avocat dans plusieurs affaires, Maître Thierry Herzog, mais aussi une dizaine d’avocats de renom entre 2014 et 2019.

Lire la suite