Attentat terroriste au collège de Conflans Sainte Honorine – « Je voulais venger le prophète »

Comme nous vous en informions, parmi les premiers médias, hier vers 17 heures, un professeur d’histoire-Géographie, Samuel Paty, âgé de 47 ans a été décapité. Pour quel motif? Il avait simplement montré les caricatures de Mahomet à ses élèves dans le cadre d’un cours d’éducation civique.

L’assaillant, né en 2002 à Moscou, d’origine tchétchène, était connu des services de police pour des faits de droit commun. Le parquet national antiterroriste (PNAT) s’est saisi de l’affaire. Des premiers tweets postés par le terroriste sont en cours d’authentification pour analyser s’il s’agit d’un acte personnel ou d’une association de malfaiteurs. 9 personnes, parents d’élèves et entourage familial sont en garde à vue et les perquisitions se multiplient.


C’est la laïcité et la liberté d’expression qui sont directement visées

Cette fois-ci, c’est un nouveau seuil dans l’horreur qui vient d’être franchi par ce jeune homme de 18 ans qui vivait en France depuis l’âge de 3-4 ans. Décapiter un homme, quoi de plus ignoble? Certes, il y a le précédent du 26 juin 2015, à Saint-Quentin-Fallavier (Isère) ou un employé décapitait son employeur, et envoyait ensuite le cliché via Whatsapp à un djihadiste parti un an plus tôt en Syrie.

A Eragny (Val d’Oise), là où le terroriste a été retrouvé et à Conflans Sainte Honorine (lieu de cet acte de barbarie), la sidération et l’incompréhension gagnent les habitants de ces deux villes mais aussi l’ensemble du territoire national.

Hier, nous étions vendredi et le vendredi, c’est le jour saint pour les djihadistes, de nombreux attentats terroristes ont eu lieu ce jour là. Comment et pourquoi l’islamisme endogène vient jusqu’à s’infiltrer dans les quartiers résidentiels de la région parisienne?

Au moment où la police (BAC) a sommé à plusieurs reprises l’individu de se rendre « lâche ton arme » (couteau de 20 cm de long plein de sang), l’assaillant n’a pas voulu se rendre, il a crié « Allah akbar » avant d’être abattu par les policiers. A quelques mètres de là, le corps décapité du Professeur fut retrouvé.

Le barbare serait Abdoulakh A, de confession musulmane. Il n’aurait sans doute pas agi seul, il faisait partie d’une bande à Eragny dont un fiché S pour radicalisation qui est bien connu des services de police.


Certains parents à dos

Samuel Paty, professeur d'Histoire-Géographie

Suite à un de ses cours sur la liberté d’expression et la liberté de la Presse, le professeur d’histoire-Géographie avait fait l’objet d’un signalement et un père de famille avait même porté plainte contre lui. Certains parents ont demandé sa démission pure et simple auprès de la principale du Collège. Convoqué au commissariat de police le 12 octobre, le professeur avait porté plainte pour dénonciation calomnieuse.

Pendant un semaine les menaces sur internet vis à vis de ce professeur ont circulé et se sont multipliées et finalement personne n’a rien fait, personne n’a pris cette situation au sérieux.

L’analyse du tweet confirme qu’il a été rédigé par l’assaillant et on pouvait lire :

« Je voulais venger le prophète »

L’assassin de Samuel Paty, professeur d’Histoire-Géographie

Les réactions s’enchaînent


Il est désormais temps d’être impitoyable avec ceux qui ne partagent pas nos valeurs. Et que la majorité vote enfin les amendements déposés par les Républicains depuis le début du mandat visant, notamment, à mettre dehors tous les fichés S pour radicalisation étrangers et hors d’état de nuire les nationaux. Espérons que le projet de loi qui sera présenté le 9 décembre 2020 sur les mesures de lutte contre le terrorisme soit revisité d’ici là! Enfin, fermer au plus tôt la mosquée de Pantin qui s’est prêtée à qualifier de « voyou » le professeur.

Un commentaire

  1. Il y a quelque chose de profondément incohérent et gênant dans l’attitude des responsables de l’Education nationale.Ils affirment haut et fort leur apparente hostilité à l’idéologie islamiste (fondée sur la haine vindicative de la France des Lumières,de l’Etat laïc et de nombreuses communautés humaines)tout en fermant systématiquement les yeux sur le comportement des tenants de cet islam politique dans les faits,au nom du sacro-saint dogme du « pas de vague ».La dernière victime à avoir fait les frais de cette ambiguïté,de cet accommodement déraisonnable s’appelle Samuel Paty,professeur estimé de tous,impliqué dans l’exercice de son métier à haut risque.Quand est-ce que l’attitude duplice et complaisante des autorités de l’Etat français va cesser ?Pourquoi les responsables de cet établissement scolaire (collège du Bois-d’Aulne de Conflans)n’ont-ils pas fait un signalement au procureur de la République face au déferlement de haine colporté par ces voyous,par ces vauriens jamais inquiétés ?Il est encore temps de se ressaisir contre la banalisation de la soumission à l’abjection.

Laisser un commentaire