À Villefontaine, l’auto-défense des femmes, pour mettre au tapis le « sentiment d’insécurité »

Avoir « les bases » pour se sentir un peu plus en sécurité. C’est ce qui a provoqué un afflux d’une une soixantaine d’ados et jeunes femmes depuis quelques jours dans le nouveau cours de self-défense du club d’arts martiaux de Villefontaine dans le département de l’Isère, la Nando Academy. Il s’agit de cours de deux heures gratuits dans un gymnase.

« On prendra zéro euro sur ces personnes là. On exploitera seulement nos techniques et on leur proposera. Entretenir une psychose non plus, puisqu’on leur permet d’être ensemble, de se soutenir et d’avoir moins peur »

Allan Adel-Brunon, vice-président de la Nando Academy

L’objectif de ces cours: pouvoir faire face à une agression physiques, et pouvoir se dégager d’une menace potentielle. Devant l’affluence, les femmes de la ville et ses alentours sont prioritaires. Une initiative qui devrait faire tâche d’huile.


Un niveau exceptionnel de violence dans la société

La mort de Victorine Dartois, une jeune femme de 19 ans, retrouvée à proximité d’un étang dans lequel elle a été noyée, coïncide avec les chiffres de la violence aux personnes révélé ces jours-là. Lors de la marche blanche dimanche à Villefontaine, ville de 18. 891 habitants, 6.000 personnes ont défilé en hommage à Victorine.
En 2019, 876 personnes ont été assassinées en France hors attentats (chiffres du Service statistique ministériel de la sécurité intérieure, SSMSI). Le criminologue Alain Bauer, qui parle d’un « niveau exceptionnellement élevé de violence en France » précise l’interprétation de ce chiffre sur la durée:

« L’ensemble des éléments qui concourent à l’assassinat, au meurtre, aux coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner, aux règlements de comptes, ainsi qu’une petite partie également sur les homicides sur et de mineurs. »

Alain Bauer, interrogé par Sputnik

Laisser un commentaire