L’imam de de la mosquée de Pantin continuait de prêcher après la fermeture de celle-ci

L’imam de la mosquée de Pantin, Ibrahim Doucouré n’en finit pas de braver la Loi. Sa mosquée, fermée après avoir été mise en cause après l’assassinat de Samuel Paty, avait défrayée la chronique. C’était sur la page Facebook de cette mosquée islamiste, qu’avait été partagée une vidéo, le 9 octobre 2020, d’un parent d’une élève de quatrième du collège du Bois-d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine qui diffamait et menaçait le professeur d’Histoire-géographie Samuel Paty.

En octobre, il avait pourtant promis de «mettre en retrait». L’homme, qui est fiché comme radicalisé dans le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), a pris ses quartiers dans la mosquée dite des «Algeco» de Bobigny.

Cette deuxième mosquée a été fermée administrativement récemment, avec 8 autres, dans toute la France, pour non-respect des normes de sécurité. L’imam clandestin scolarisait ses enfants dans une école coranique non déclarée à Bobigny. Dans cette soi-disant « école », des fillettes de 3 ans étaient contrainte de revêtir le voile islamique.

Laisser un commentaire