1 boulanger mosellan: «Je ressens une profonde rage contre le gouvernement qui nous ment»

Julien Bernard-Regnard, 32 ans, a créé sa boulangerie dans un petit village de Moselle il y a 5 ans. Les premières années furent difficiles, il a fallu se faire connaitre et développer sa clientèle. À peine a-t-il sorti la tête de l’eau, (son chiffre progresse même de mois en mois), qu’il voit, cet automne, ses factures d’énergie passer de 400 à 1.300 euros par mois. La mort dans l’âme, il licencie sa vendeuse et doit se rendre à l’évidence: sa boulangerie devra définitivement fermer le 4 décembre 2022.


Le boulanger dénonce les mensonges du gouvernement

« (Le Gouvernement) nous avait promis qu’on ne nous lâcherait pas et qu’aucune entreprise ne fermerait. Mais finalement, je me rends compte, comme presque tous les boulangers, que je n’ai droit à rien.

Boulanger Mosellan – décembre 2022

La seule aide proposée par l’Etat n’est pas pour lui. En effet, le bouclier tarifaire ne s’applique pas aux gros consommateurs d’énergie. Ce bouclier permet une hausse maximale de 15%. Seuls les consommateurs dont la puissance de compteur est inférieure à 36 kVa peuvent en bénéficier. Pour les boulangers, selon le patron de la Confédération, la puissance au compteur requise pour des boulangeries de moyenne taille (6 à 8 salariés) tourne plutôt autour de 72 KVA, soit le double du plafond imposé par le bouclier.

A partir du 1er janvier 2023, un « amortisseur électricité« , permettra aux artisans qui ne peuvent pas profiter du bouclier tarifaire de voir baisser leur facture d’électricité d’environ 20%. C’est une réduction très faible quand votre augmentation est de 400%. D’autre part, si leur facture énergétique représente plus de 3% de leur chiffre d’affaires, une autre aide est proposée sur un portail d’internet. Vous parlez d’une simplicité!


« J’éteins, je baisse, je décale » ne peut pas s’appliquer à une boulangerie

Dans une boulangerie, le besoin en énergie, c’est 24H/24H car il faut faire fonctionner les fours, les chambres froides, les chambres à pousse… Si les boulangers décident d’éteindre leur four plus tôt (vers 7 heures du matin par exemple), il faudra faire venir les employés en pleine nuit pour cuire le pain à 2 heures du matin (heure creuse du contrat Matina d’EDF). Le risque c’est que la clientèle aille chercher son pain chaud pour le soir en grande surface
A Sorgues dans le Vaucluse, même constat amer pour Ludovic Reynaud, boulanger à son compte depuis 5 ans, le dit sans détour:

« J’ai toujours rêvé d’avoir mon commerce depuis que je suis apprenti. Ce rêve est devenu un cauchemar. J’ai résisté au Covid, aux confinements mais là ce n’est plus tenable. EDF m’a achevé. »

(France Bleu, 27/12/2022)

La baguette pourrait passer à 3 euros en 2023

Les boulangers sont unanimes, s’ils veulent rentrer dans leur frais et ne pas être asphyxier par les charges énergétiques, il faudrait passer le prix de la baguette de 1,3 à 3 euros minimum! Et pour les boulangeries qui font aussi pâtisserie, ils devront cesser bon nombre de gâteaux dont les cuissons sont très énergivores. Les 33.000 boulangeries devront se rattraper sur d’autres produits si elles veulent continuer d’exister.

La baguette, symbole du savoir-faire à la française, a été inscrite au patrimoine immatériel de l’Unesco le mercredi 30 novembre. Faisons tout, mais alors vraiment tout, pour maintenir cette tradition!


Image d’ouverture – Flickr/Image d’illustration

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 5 / 5. Nombre de vote(s): 5

Soyez la première/le premier à voter

veroniquemarcq
veroniquemarcq
Spécialiste des questions de santé, de justice et de sujets sociétaux.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

  • STATISTIQUES DU SITE

    • 1 002 901 visites depuis le 21 avril 2020
%d blogueurs aiment cette page :