les republicains tetiere
  • Temps de lecture du texte - de:2min. • Partage autorisé en copiant le nom du site

Voici l’essentiel de l’interview du numéro 2 des Républicains, Guillaume Peltier, qui dessine les contours d’un projet pour la droite, et dissuade quiconque de s’arroger la place de candidat pour les Républicains: « La priorité des priorités, c’est le projet » et assure que le projet sera aussi solide que celui de 2007, car « Il n’y a pas de victoire électorale sans victoire idéologique. » (Lire aussi le rapport d’étape de Christian Jacob).

« Nicolas Sarkozy est le dernier grand président que la France ait connu. (…) A l’inverse, « Emmanuel Macron [est] un président de la République qui augmente les impôts, les taxes, les normes, l’immigration, les désordres ou la fracture territoriale est à rebours du gaullisme (duquel il se réclame à intervalles réguliers) et des fondations d’une droite populaire.« 


« Face au mondialisme financier d’Emmanuel Macron et au populisme étriqué des extrêmes, nous devons allier la force du patriotisme de l’État-nation à trois valeurs essentielles : l’ordre, le travail, les provinces« .


1) L’ordre: Les récidivistes en ligne de mire

Peltier introduit ses propos avec quelques chiffres édifiants: « 11 millions de Français déclarent vivre en insécurité. Du côté des prisons, 13 500 détenus ont été libérés pendant la crise du Covid par Madame Belloubet » (et Dupont-Moretti s’en félicite).

Et la population carcérale a énormément évoluée. « Les mineurs sont trois fois plus représentés dans les affaires pénales par rapport à 1975″. Aussi, les LR souhaitent « rétablir les tribunaux correctionnels pour les mineurs et les peines planchers pour les récidivistes ». Guillaume Peltier suggère de créer partout dans les départements des « centres de rééducation à encadrement militaire pour les mineurs délinquants récidivistes ».

L’immigration frôle un record historique avec 276.000 titres de séjour délivrés (voir aussi: les chiffres de la naturalisation). Sur le front de l’immigration irrégulière, il s’agit de « rétablir des frontières », d’expulser les clandestins, en s’assurant que leur retour soit effectif, et de « conditionner l’accès aux aides sociales à 3 années de travail et de résidence en France ».


2) Le travail: Recréer un écart entre les revenus du travail et ceux de l’assistance

La France connaît le pire niveau d’impôts de son histoire: 1.000 milliards d’euros d’impôts. Une dette publique de 2.700 milliards d’euros et 6 millions de chômeurs.

Pour ces personnes sans activité, il faut les mettre à contribution pour cimenter l’unité nationale: « Chaque allocataire du RSA et chaque chômeur [doit être] obligé de donner dix heures de son temps hebdomadaire pour travailler au bien général dans le cadre d’associations ou de collectivités »

Quand à de nouvelles rentrées d’argent, il faut attaquer la fraude sur deux fronts:

« La fraude fiscale s’élève à plus de 60 milliards d’euros, la fraude sociale entre 30 et 40 milliards d’euros : des chiffres qui, cumulés, correspondent au montant du déficit public annuel ! »


3) Les provinces: mieux considérer les « milieux de cordée »

Concernant la ruralité, il faut remédier à des situations aberrantes, comme le fait que « 25 728 communes ne disposent pas d’un médecin généraliste et que près de 7 millions de Français ont un accès limité à Internet ».

Et repenser l’aménagement du territoire: « toutes les cinq minutes, l’équivalent d’un terrain de football de terres agricoles est rayé de la carte, soit 82.000 hectares supprimés par an » Autant de chantiers à mettre en oeuvre en étant au chevet de cette France silencieuse.
Guillaume Peltier propose la « création de 2.050 « juges des territoires », dans chaque canton, comme ils ont existé après la Révolution française. Ils fusionneraient les rôles de conciliateurs, de médiateurs et d’anciens juges de proximité ».

Lire l’article complet sur le site du Point

Laisser un commentaire