Un élu de la République de la Courneuve « déséquilibré » voulait « devenir le nouveau Mohammed Merah »

Le conseiller municipal d’opposition au maire communiste Gilles Poux de La Courneuve, Mohamed Bekhtaoui, comparait aujourd’hui pour « outrage et apologie du terrorisme » devant le tribunal de Bobigy.
En plein confinement, en avril 2020, alors que la ville accueillait Emmanuel Macron, l’homme de 37 ans, qui avait déjà des dizaines de condamnations diverses pour vols, violences verbales, ou encore des délits routiers, s’en est pris aux policiers présents aux cris d’Allahou akbar:

« Je vais devenir le nouveau Mohamed Merah. J’ai eu de la chance de le côtoyer, il m’a ouvert les yeux. Je vais faire un carnage ».

Mohamed Bekhtaoui

L’expert psychiatre appelé par le tribunal a constaté chez l’élu de l’Union Populaire Républicaine (UPR) une « fragilité psychologique ». Et le tribunal considère qu‘il n’y a pas lieu de le condamner pour apologie du terrorisme.


La question qui subsiste est la suivante: combien de ces « petits êtres fragiles » peuplent nos conseils municipaux en France?

Laisser un commentaire