Trois messages d’apologie pour terrorisme plus efficace que les obligations de quitter le territoire

Luqman Heider, un imam Pakistanais de 33 ans, va passer cette après-midi devant le Tribunal de Pontoise pour « apologie du terrorisme avec l’utilisation d’un réseau de télécommunications« . Il avait mis en ligne à trois reprises des vidéos sur TikTok dans lesquelles il félicitait les attaques djihadistes. Il encourt jusqu’à 7 ans de prison et 100 000 euros d’amende.


C’est un imam bien connu à la mosquée Quba de Villiers-le-Bel où il officiait, il avait voulu gagner des followers sur TikTok (nous vous en parlions il y a quelque temps) et n’a rien trouvé de mieux que l’apologie du terrorisme, et pour le coup, il est maintenant très connu!

Le contenu des 3 vidéos :

1ère vidéo : 9 septembre 2020 – Il poste les caricatures de Mahomet republiées par Charlie Hebdo à l’occasion de l’ouverture du procès pour les attentats de janvier 2015. « les fidèles musulmans sont prêts à se sacrifier pour le prophète ».
2ème vidéo : 10 septembre 2020 – il parle « d’envoyer les mécréants en enfer ».
3ème vidéo : 25 septembre 2020 – il félicite et idolatre Zaheer Hassan Mahmoud, Pakistanais de 25 ans, auteur de l’attaque au hachoir de deux passants dans le 11ème arrondissement de Paris devant les locaux de Charlie Hebdo, cet assaillant ignorait d’ailleurs que les locaux de charlie Hebdo avait déménagés.


Jugé en comparution immédiate le 5 octobre, il s’est exprimé en Ourdou

Ce jour là, l’imam pakistanais s’est excusé et bien sûr, il n’a pas exprimé ses regrets en français, ce serait trop beau, mais en ourdou, sa langue natale

 » J’ai commis une erreur, c’était pour faire le buzz »

Luqman Heider – 5 novembre 2020

Lors de sa comparution immédiate son avocat et lui-même ont choisi un temps supplémentaire pour se défendre, était-ce la bonne stratégie? Car depuis, les attentats terroristes se sont multipliés : la décapitation de Samuel Paty pour avoir montré à ses élèves les caricatures de Mahomet lors d’un cours sur le liberté d’expression, les trois paroissiens tués au couteau à Nice avec forcément le typique « Allah Akbar »...Le contexte terroriste est au plus fort pour juger cette affaire.

Il faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire

Arrivé en France en 2015, il était en situation irrégulière et avait fait l’objet de deux obligations de quitter le territoire français (OQTF). Et bien qu’il prêchait à la mosquée dans sa langue, il donnait également des cours sur le Coran à des enfants âgés de 6 à 11 ans les samedis et les dimanches dont le procureur affirme par ailleurs que le contenu de ses cours reste inconnu!

Dans l’après-midi, nous connaîtrons le verdict du Tribunal et c’est bien dommage que le Tribunal ne puisse pas « en même temps » regarder le dossier des OQTF, car un individu comme lui, n’a pas besoin d’occuper une place dans une prison française!

Laisser un commentaire