Selon le ministre de l’intérieur, Il y a plus de 8100 terroristes potentiels en France

En France, il y a l’équivalent des habitants d’une ville comme Dammartin-en-Goële (de plus de 8.000 habitants) comme nombre d’inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT).

Ce chiffre a été communiqué par le jeune marié Gérald Darmanin, en visite à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine). Il était aux côtés de Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la citoyenneté.


Un défi « croissant »

« La menace représentée par des individus adeptes d’un islam radical, sensibles à la propagande, mais non nécessairement liés à un groupe constitué, devient un défi croissant pour les services de renseignement qui assurent aujourd’hui le suivi de 8.132 individus inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). 

Gérald Darmanin, Le Figaro, 31/08/2020

Un terrorisme inspiré par Daech et par l’islamisme sunnite


Selon Gérald Darmanin, le risque d’actes violents est nourri « par la propagande des groupes terroristes, inspirée par les vétérans du djihad, mais également par l’emprise des tenants d’un islam radical. » (lire aussi: autour du livre « les territoires conquis de l’islamisme« )

Depuis 2017, pas moins de 32 attentats ont été déjoués par les services de renseignement (et 61 depuis 2013), tandis que 20 de nos concitoyens sont tombés sous les coups de boutoir de l’hydre islamiste. Les prisons sont également de vraies bombes à retardement, à hauteur de 505 détenus terroristes en lien avec la mouvance islamiste plus 702 détenus de droit commun susceptibles de radicalisation. Cette année, 45 condamnés pour des faits d’association de malfaiteurs terroristes vont être libérés, et l’année prochaine 63 terroristes islamistes. Des chiffres qui font froid dans le dos.

Lire aussi: le taux de récidivistes des djihadistes est de 60%

Laisser un commentaire