Libération de Sophie Pétronin, tout ça pour… ça?

La libération de l’humanitaire Sophie Pétronin, 75 ans, n’en finit pas de créer la polémique et de la colère en France. Sa libération faisait partie d’un échange plus général entre celle du principal opposant politique malien et ancien ministre, Soumaïla Cissé, en plus d’elle-même, et celle de 200 détenus jihadistes (combattants ou non) plus 10 millions d’euros. Les négociations ont durées longtemps entre le gouvernement malien et le groupe terroriste qui sévit dans le Nord du Mali. Environ 200 hommes de la mouvance islamiste ont été libérées entre dimanche et mardi 6 octobre 2020.


Soumission

Le fils de l’ex-otage a fait savoir à BFMTV que la conversion de sa mère à l’Islam ne s’est pas faite sans pression, mais qu’elle a eut raison de le faire.

« Soit elle s’adapte, soit elle périt. Elle s’est adaptée (…) Elle m’a confié qu’un otage australien ne s’était pas converti à l’islam, il a eu des conditions de détention plus rudes »

Sébastien Chadaud-Pétronin, le fils de Sophie Pétronin, sur BFMTV, le 09/10/2020

Celle-ci qui a retrouvée sa famille à Neuchâtel n’a qu’un désir désormais: retourner au Mali.

“Pour le Mali, je vais prier, implorer les bénédictions et la miséricorde d’Allah, parce que je suis musulmane. Vous dites Sophie, mais c’est Mariam que vous avez devant vous”,

Sophie Pétronin à son arrivée en France accueillie par Emmanuel Macron

> Lire aussi: le cas italien de la conversion « spontanée » de Silvia Romano en mai 2020.

Laisser un commentaire