Après la journée d’hommage à Samuel Paty, le « pas de vague » continue

Au Collège du Village à Evry-Courcouronnes (91), on constate le fossé entre le discours du ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer, qui dit ne « plus supporter l’expression » « pas de vague » qui recouvre l’islamisation violente de l’école (NB: notre dossier) et la réalité crue du terrain.

Ainsi dans le Parisien, une professeur de troisième qui a contacté le 15 septembre 2020 au sujet d’apologie du terrorisme et du viol en classe la cellule « laïcité et faits religieux » du ministère de l’Education témoigne:

« Ils ne sont venus que le 3 novembre (…) Ils nous ont interrogés pendant quatre heures et conseillés de faire venir une association, ce que nous avions déjà prévu. Ils ont refusé de rencontrer les élèves concernés. Et ils nous ont dit que les parents avaient un droit de regard sur nos cours ! »

Un professeur, cité par Le Parisien Essonne, 06/11/2020

L’équipe enseignante, qui dit, dans l’article du Parisien, contrainte à l’auto-censure à ne pas mettre sur le tapis des sujets fondamentaux comme les menaces de mort sur la jeune Mila ou la décapitation de Samuel Paty, a décidée de se mettre en grève. Le sommet de la vague, en quelque sorte…

Un commentaire

  1. Comme souvent, voire toujours, avec ce gouvernement,…..paroles et paroles et paroles… toujours des paroles, …et rien que des paroles !

Laisser un commentaire