Thionville: il reproche au prof de sa fille en CM2 de ne pas tenir compte de l’Islam dans son enseignement

Une affaire, qui est jugé au tribunal de Thionville ce mois-ci, est emblématique du séparatisme islamique. Il s’agit d’un père de famille, seul titulaire de l’autorité parentale, qui, depuis la rentrée de 2019, s’est illustré par son fanatisme religieux.


Ne plus s’asseoir à côté d’un garçon

C’est ainsi qu’il a interdit à sa fille plusieurs semaines d’aller à la piscine en prétextant des problèmes d’oreilles, reproche à son professeur de ne pas assez valoriser les savants musulmans, trop mettre de cathédrales dans son cahier et de se plaindre qu’elle doive s’asseoir à côté d’un petit garçon ce qui est contraire à sa religion.

Son agressivité a incité le professeur des écoles a déposer plainte contre le père son élève pour « actes d’intimidation et de harcèlement ». Il demande un euro symbolique.


Le « halal » et le « haram »

A la barre du tribunal, l’homme se contente de longs monologues pour justifier son comportement inacceptable, sans se remettre en question quelque peu que ce soit. Le parquet a requis dix mois de prison avec sursis probatoire pendant deux ans, et l’éloignement de l’école. Par ailleurs, une obligation de suivi médical et psychologique (comme si cela faisait une différence) a également été demandé. Rendez-vous le 9 mars 2021 pour le délibéré.

Un commentaire

  1. c’est normal !!! on importe nos coutumes, d’ailleurs je vais tenter l’expérience dans un pays du maghreb……… si vous n’avez plus de mes nouvelles, une simple plaque au coin d’une ruelle me ferait plaisir !

Laisser un commentaire