AccueilPolitiqueBillet d'humeurHenri Guaino: la marche hypnotique de l'Occident à la Guerre face à...

Henri Guaino: la marche hypnotique de l’Occident à la Guerre face à la Russie

Dans sa tribune du Figaro (abonnés), « Nous marchons vers la guerre comme des somnambules », l’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, fait le parallèle entre l’émergence de la 1ère Guerre mondiale et la guerre actuelle en Ukraine. A la manière d’un somnambule qui agit s’en en avoir conscience, les pays Européens marchent vers l’abime. Extraits choisis:


La machine infernale est enclenchée

Aujourd’hui, alors que les grands médias nous expliquent doctement que seul le « fou » Vladimir Poutine serait responsable de la guerre en Ukraine, ce n’est pas le cas! En 1914, il n’y avait aucun fou au pouvoir et la guerre arriva faisant plus de 20 millions de morts.

Au sortir de la « Grande Guerre » en 1918, les grandes puissances s’étaient juré qu’il n’y aurait plus jamais de guerre et la seconde guerre mondiale fut trois fois plus meurtrière. Chaque force en présence veut dominer l’autre, chaque force en présence se dit responsable mais non coupable. Soudainement, l’engrenage qui mène à la guerre est inéluctable.

«En 1914, aucun dirigeant ne voulait une guerre mondiale mais, tous ensemble, ils l’ont déclenchée. Et au moment du traité de Versailles aucun ne voulait une autre guerre mondiale mais, tous ensemble, ils ont quand même armé la machine infernale qui allait y conduire.»


L’histoire se répète

L’histoire de 1914 est en train de se répéter. Nous avons quatre forces en présence : l’Occident et les Etats-Unis qui se liguent contre la Russie en soutenant et en armant l’Ukraine. C’est une guerre entre l’Occident et la Russie, dont l’Ukraine n’est qu’un simple fusible.

«L’Occident s’est convaincu que si la Russie gagnait, elle n’aurait plus de limite dans sa volonté de domination. À l’inverse, la Russie s’est convaincue que si l’Occident faisait basculer l’Ukraine dans son camp, ce serait lui qui ne contiendrait plus son ambition hégémonique.»

La guerre est d’abord psychologique, c’est une somme de frustrations, de rancœurs, de jalousie. La Russie n’a pas supporté le soutien occidental contre un gouvernement ukrainien prorusse lors de la Révolution ukrainienne de Maïdan en 2014. L’Occident n’a pas supporté l’annexion de la Crimée par la Russie qui en a découlé et ce qui a mis le feu aux poudres dans les événements récents, c’est l’entrée éventuelle de l’Ukraine dans l’OTAN.

«En étendant l’Otan à tous les anciens pays de l’Est jusqu’aux pays Baltes, en transformant l’Alliance atlantique en alliance anti-Russe (…) les Etats-Unis et l’Union européenee ont réveillé chez les Russes le sentiment d’encerclement qui a été à l’origine de tant de guerres européennes (…) COMMENT TOUS LES PAYS QUI ONT VÉCU UN DEMI-SIÈCLE SOUS LE JOUG SOVIÉTIQUE NE SERAIENT-ILS PAS ANGOISSÉS À LA PREMIÈRE MENACE QUI POINTE À L’EST?»


A propos des sentiments de supériorité

Les leçons du passé auront été vaines. La Russie est sujette au slavophilisme, un sentiment de supériorité morale et spirituelle face à l’Occident. Les Etats-Unis ont eux aussi ce sentiment de supériorité face au monde entier, bientôt la Chine connaîtra ce même sentiment. Non, Vladimir Poutine n’est pas plus fou qu’un Roosevelt, qu’un Churchill, qu’un Truman ou qu’un Kennedy qui bombardèrent des villes allemandes et des villages entiers ou eurent recours à la bombe atomique. L’homme est capable des pires ignominies.

«comment la Russie, qui a dû si souvent se battre pour contenir la poussée de l’Occident vers l’Est, pourrait-elle ne pas éprouver une angoisse existentielle face à une Ukraine en train de devenir la tête de pont de l’occidentalisation du monde russe?»

On parle de seconde Guerre Mondiale, parce que l’énumération s’arrête à deux. Car l’Occident et les Etats-Unis veulent acculer la Russie mais jusqu’où? L’Ukraine a reçu plus de 23 milliards en armes, chars, drones, etc. De la part des Etats-Unis, c’était sous estimer la résilience du peuple russe. Lorsque le Monde se tait ou le monde accuse, l’escalade de la guerre est nécessaire.

«Si la guerre froide n’a pas débouché sur la troisième guerre mondiale, c’est parce qu’aucun de ses protagonistes n’a jamais cherché à acculer l’autre. Dans les crises les plus graves chacun a fait en sorte que l’autre ait une porte de sortie.»

N’oublions pas, Vladimir Poutine possède SATAN-2, un missile nucléaire capable de détruire la France ou le Texas grâce à ses 12 têtes nucléaires qui détruisent à plus de 10.000 kilomètres, « Faire aujourd’hui des concessions à la Russie, c’est se plier à la loi du plus fort. N’en faire aucune, c’est se plier à la loi du plus fou ».

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 4.5 / 5. Nombre de vote(s): 15

Soyez la première/le premier à voter

veroniquemarcq
veroniquemarcq
Spécialiste des questions de santé, de justice et de sujets sociétaux.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

%d blogueurs aiment cette page :