Ceux qui ne pensent pas comme le maire de Bordeaux sur l’abandon du sapin de Noël sont des « fachos », selon lui

Pierre Hurmic, le maire écologiste de Bordeaux, n’est pas décidé à consulter les bordelais sur l’abandon de la tradition du sapin de Noël.
Et il fustige le mouvement national d’indignation qui a suivi sa déclaration selon laquelle il ne voulait pas « d’arbre mort » dans sa ville, notamment devant l’Hôtel de Ville, sur la place Pey Berlan, en traitant ses opposants de fascistes. Rien que ça. Et il le répète plusieurs fois pour que ces propos ne soient pas sujet à ambiguité.

Dans un premier temps, une pétition en ligne sur Change.org signée plus de 12.000 fois, avait entraînée une prise de parole de la mairie disant qu’elle étudiait la possibilité de consulter les bordelais à ce sujet. Mais le premier magistrat de la ville a dit que si elle avait lieu, ce ne serait de toutes façons pas avant… 2022.

«Autant l’opinion des Bordelais m’intéresse beaucoup, autant l’opinion des fachos de Lille, de Strasbourg et de Marseille, je m’assieds dessus (…)
Ce sont des catholiques incultes traditionalistes et fachisants (sic) qui disent ça. Le sapin est avant tout une tradition païenne (…)
Si effectivement c’est un échec, nous serons ouverts à toutes les suggestions pour 2021. Même à un retour du sapin, si les Bordelais nous le réclament. Mais pour cette année, on va proposer des tas de solutions innovantes pour assurer la féérie de Noël . »

Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, 15 septembre 2020 (Capital)

Ainsi, un élu peut traiter en France des gens qui ne font que défendre des traditions remontant au moins au XIXème siècle en France de « fachos ». En insultant gravement ainsi ses opposants, monsieur Hurmic évacue le débat de fond au profit d’un buzz qui vise à cimenter son camp en sa faveur. Las. Même parmi les écologistes, il se trouve des personnalités suffisamment éclairés pour dénoncer les propos absurdes autour de l’arbre mort, comme Isabelle Saporta, la compagne de Yannick Jadot.

Laisser un commentaire