Uné étudiante d’origine algérienne condamnée à du sursis pour avoir écrit sur facebook que Samuel Paty « méritait de mourir »

En réponse à un post Facebook concernant l’article de l’Est-Républicain concernant la cérémonie d’hommage à Samuel Paty, l’enseignant d’histoire-géo décapité par un islamiste, une étudiante en biologie de 19 ans musulmane d’origine algérienne à l’Université de Besançon a écrit:

« Il mérite pas d’être décapité, mais de mourir, oui. »

L’étudiante en biologie, sur le site de l’Est Républicain

Ce commentaire a été signalé auprès de la « plate-forme d’harmonisation, d’analyse, de recoupement et d’orientation des signalements » (Pharos), créée en 2009. Cela prouve au passage que la Loi Avia, que le gouvernement veut remettre sur le tapis, n’est pas utile vu que ce dispositif fonctionne.

Interpellée jeudi, elle a été jugée en comparution immédiate ce vendredi pour « apologie de terrorisme ». A la barre, elle dit en premier avoir vue la vidéo du parent d’élève qui traitait l’enseignant de « voyou », puis avoir écrit « trop vite » et « sans réfléchir ». Elle a écopée de 4 mois de prison avec sursis, avec une mesure d’obligation de suivre un stage de citoyenneté d’ici 6 mois.

Un commentaire

Laisser un commentaire