Xavier Bertrand dans les starting-blocks pour la présidentielle

Xavier Bertrand a accordé une interview à Corse matin en ce début de semaine. Contrairement à son probable futur rival à La Présidentielle François Baroin, Xavier Bertrand ne joue pas à cache cache, il l’affirme haut et fort « Je m’y prépare, oui. »

Tous les étés, l’ex porte parole de Nicolas Sarkozy se déplace en Balagne à Lumiu au Clos Culombu, où il se plaît à échanger avec les Balanins sur des thèmes choisis : coronavirus, confinement, économie, autorité. La Corse lui sert de laboratoire pour tester ses idées nouvelles.


Xavier Bertrand ira en solo à la Présidentielle

Le Président des Hauts-de-France se voit bien le futur Président de la République. Mais avant cela, une étape sera nécessaire et déterminante pour lui : « les prochaines régionales ». (si elles ne sont pas reportées). Le 19 septembre 2019, il l’avait déjà annoncé dans l’émission « vous avez la parole« .

Souvenons-nous, dès l’élection de Laurent Wauquiez à la tête des LR, le 10 décembre 2017, Xavier Bertrand avait quitté les LR car la ligne politique de ce dernier lui paraissait trop à droite notamment sur la question de l’assistanat ou encore Schengen.


Gérer une région, ce n’est pas gérer la France

« Ma primaire, ça sera le scrutin régional des Hauts-de-France ». En fait, la définition d’une primaire, c’est une élection entre les candidats d’un même parti. Le terme qu’il emploie est donc inadapté et usurpé car, s’il a peut-être toutes les chances de remporter les prochaines élections régionales en 2021, c’est loin d’être le cas pour les futures élections présidentielles où le nombre de candidats de droite sera très probablement pléthorique (Pécresse, Retailleau, Baroin…) Il estime que son premier mandat à la Région lui donne une légitimité parfaite pour la Présidence de la République car, s’il sait gérer une région de 6 Millions d’habitants, il devrait pouvoir gérer la France. Or, le raccourci est un peu simpliste.


Sa « légère » critique du gouvernement

Il reconnaît des actions positives dans l’action du gouvernement pour gérer la crise du coronavirus avec cependant un retard à l’allumage. Néanmoins, il souligne une absence d’anticipation et de préparation. Il met en relief la lourdeur administrative, en particulier à l’hôpital, mais aussi dans le secteur industriel. Sur le thème de la justice, il souhaite « frapper fort ». Alors pourquoi sait-il fait si discret dans l’opposition depuis plus de 2 ans maintenant?

Il en sûr, les partis politiques, c’est du passé! Seuls les actes comptent.

« Les gens en ont marre des partis, ils veulent des actes peu importe de quel bord politique »

Xavier Bertrand dans Corse-Matin

2 commentaires

Laisser un commentaire